Aller au contenu
Accueil » Blog » Utilisation du CBD dans les troubles anxieux

Utilisation du CBD dans les troubles anxieux

  • Santé

L’anxiété est la réponse de survie naturelle du corps à des dommages ou à des situations dangereuses. Elle est tout à fait normale et se caractérise par une réactivité, une attitude défensive et une vigilance accrue. Cependant, cette réponse naturelle peut, dans certains cas, prendre un caractère excessif et pathologique. On parlera alors de trouble anxieux.

Epidémiologie des troubles anxieux

 À l’échelle mondiale, les troubles liés à l’anxiété sont les plus répandus de tous les troubles mentaux. Ils représentent un lourd fardeau social et économique pour les personnes qui en souffrent.

En France, Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), 15% des adultes de 18 à 65 ans souffrent de troubles anxieux sévères, et 21% des personnes présenteront des troubles anxieux au cours de leur vie. La HAS souligne que la fréquence des troubles est deux fois plus élevée chez la femme que chez l’homme.

Les différents types de troubles anxieux

Les troubles neuropsychiatriques liés à l’anxiété comprennent le trouble panique (MP), le trouble d’anxiété sociale (TAS), le trouble d’anxiété généralisée (TAG), le trouble de stress post-traumatique (TSPT) et le trouble obsessionnel-compulsif (TOC)[1].

– Trouble panique : Il s’agit d’un état persistant de préoccupation. Il se caractérise par des attaques de panique récurrentes et qui surviennent de manière inattendue. L’attaque de panique s’identifie par une survenue soudaine et persistante de plusieurs symptômes. Il peut s’agir de transpiration, tremblements, étouffement, palpitation, gêne thoracique ou abdominale, douleur, nausée, vertige, peur de mourir.

– Trouble d’anxiété sociale : Elle se caractérise par un sentiment de gêne, de rejet ou de mépris lors des interactions sociales. Le TAS génère une peur très vive lors des intéractions sociales chez les personnes qui en souffrent. Le TAS est très handicapant et rend les nouvelles rencontres difficiles. Lorsque la situation est inévitable (prise de parole en public, rencontre et autres situations impliquant une interaction), elle engendre une forte angoisse, un rougissement, des tremblements qui ne peuvent être contrôlés.

– Trouble anxieux généralisé : Il s’agit d’une anxiété excessive, une inquiétude permanente et un sentiment d’insécurité persistant. Cet état s’accompagne de symptômes tels que l’agitation, la nervosité, la tension musculaire, l’irritabilité, la difficulté à se concentrer, la fatigue et/ou les troubles du sommeil.

– Troubles de stress post-traumatique (ESPTD) : Ce trouble intervient à la suite d’un évènement traumatisant. Il se caractérise par une forte anxiété, une peur intense, et des réactions intenses. Elles entrainent des troubles du sommeil et des difficultés à se concentrer.

– Trouble obsessionnel compulsif (TOC) : Le TOC se définie par une pulsion indésirable récurrente et persistante. Il s’agit d’une réponse à une pensée que la personne tente d’ignorer en ayant une compulsion, c’est-à-dire un comportement ou un acte répétitif.

Facteurs favorisant les troubles anxieux

Plusieurs facteurs peuvent favoriser la survenue des troubles anxieux. Les antécédents familiaux de troubles anxieux, les traumatismes, l’alcool/la drogue, certains médicaments ou d’autres problèmes psychiatriques peuvent favoriser leur survenue.

Ils peuvent également trouver leurs origines dans des déséquilibres neurobiologiques au niveau des amygdales et/ou de la boucle cortico-striato-thalamo-corticale (CSTC). Ces deux zones gèrent respectivement la peur et l’inquiétude.

En effet, les deux neurotransmetteurs impliqués dans l’état anxieux sont la sérotonine et le GABA. La sérotonine est impliquée dans des réactions physiologiques telles que rythmes veille-sommeil, l’impulsivité, l’appétit, la douleur, le comportement sexuel et la régulation de l’humeur. Le GABA quant à lui est un neurotransmetteur inhibiteur. C’est à dire qu’il ralentit l’activité cérébrale et favorise le calme et la relaxation. Il est impliqué dans la régulation du sommeil, du tonus musculaire, du contrôle moteur, de la peur et de l’anxiété.

Troubles anxieux et système endocannabinoïde : l’avis de l’Inserm

Selon l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) , la production d’endocannabinoïdes par le cerveau joue probablement un rôle dans la régulation des états anxieux. L’institut indique qu’une « supplémentation en acides gras oméga 3 [présents en quantité importante dans l’huile de graines de chanvre] augmente leur synthèse réduit les symptômes d’anxiété »[2].  

L’ action du CBD sur les troubles anxieux

Les endocannabinoïdes sont des neuromodulateurs, c’est-à-dire qu’ils ont une action sur la modulation (libération/inhibition) des neurotransmetteurs, dont la sérotonine et le GABA[3].

Ainsi, nous pouvons raisonnablement émettre l’hypothèse que les troubles anxieux puissent également être une conséquence d’un déséquilibre du système endocannabinoïde caractérisée par un déficit en endocannabinoïdes. Alors, un apport extérieur de CBD, cannabinoïde d’origine végétale, en agissant selon les mêmes principes que les endocannabinoïdes, pourrait-il agir sur les troubles anxieux via son action régulatrice ?

Plusieurs études mettent en avant cette action anxiolytique. Dès les années 1970, les premières études chez l’animal mettent en avant l’effet anxiolytique du CBD à de faibles doses (2,5 à 10 mg/kg) et qui disparaissaient à des doses plus élevées. Cette relation entre anxiété, sérotonine et cannabinoïde est notamment mise en évidence dans une étude publiée en 2012[4].

Dans cette étude, des souris soumises à un stress généré par la vue d’un prédateur se sont vu administrer du CBD. Les chercheurs ont observé que l’administration répétée de CBD empêchait les effets anxiogènes prolongés, en facilitant la neurotransmission de récepteurs de la sérotonine (5HT1A). Selon les auteurs, par son action sur les récepteurs sérotoninergiques, le CBD pourrait avoir un potentiel bénéfique dans le traitement des troubles anxieux tels que le stress post traumatique.

Plus tard, cet effet sera observé chez l’être humain dans une étude publiée en 2018. Dans cette étude, 57 sujets masculins en bonne santé ont été soumis à un test de prise de parole en public simulé. Avant le test, ils ont reçu du CBD par voie orale à des doses de 150 mg, 300mg, 600mg ou un placebo. Une évaluation subjective visuelle ainsi que des mesures physiologiques (pression artérielle fréquence cardiaque) ont été mesurées à plusieurs moments.

Source : Linares IM, Zuardi AW, Pereira LC, Queiroz RH, Mechoulam R, Guimarães FS, et al. Cannabidiol presents an inverted U-shaped dose-response curve in a simulated public speaking test. Rev Bras Psiquiatr. 11 oct 2018;41(1):9‑14.

Il apparait clairement que, par rapport au placebo, le prétraitement avec 300 mg de CBD a significativement réduit l’anxiété avant, pendant et après le discours.

Conclusion

Pour conclure, les troublent anxieux peuvent être de plusieurs natures et de nombreux facteurs peuvent favoriser leur survenue. Dans tous les cas, la sérotonine et le GABA, deux neurotransmetteurs impliqués dans la régulation de l’anxiété, ont une action clairement établie sur l’ensemble de ces troubles. D’autre part, les endocannabinoïdes et les phytocannabinoïdes, notamment le CBD, semblent jouer un rôle dans la régulation de ces neurotransmetteurs via 2 mécanismes :

  • Stimulation des récepteurs sérotoninergiques 5-HT1A
  • Augmentation de l’activité du GABA, neurotransmetteur inhibiteur de l’activité cérébrale favorisant ainsi le calme et la détente

Ainsi, même si des études complémentaires doivent encore confirmer les premiers résultats, il est plausible que le CBD puisse constituer être un outil efficace pour lutter naturellement contre les troubles anxieux.

Plusieurs autres solutions naturelles existent pour prévenir la survenue des troubles anxieux. Une alimentation saine et équilibrée est un levier important. En effet, plus de 80% de la sérotonine est synthétisée au niveau du tube digestif et le microbiote intervient dans la régulation de ce neurotransmetteur.

Nos produits associés


Bibliographie


[1] Blessing E.M., Steenkamp M.M., Manzanares J., Marmar C.R. Cannabidiol as a Potential Treatment for Anxiety Disorders. Neurother. J. Am. Soc. Exp. Neurother. 2015;12:825–836. doi: 10.1007/s13311-015-0387-1. [PMC free article] [PubMed] [CrossRef] [Google Scholar] 

[2] Troubles anxieux ⋅ Inserm, La science pour la santé

[3] Bakas T, van Nieuwenhuijzen PS, Devenish SO, McGregor IS, Arnold JC, Chebib M. The direct actions of cannabidiol and 2-arachidonoyl glycerol at GABAA receptors. Pharmacol Res. 2017;119:358‑70.

[4] Campos AC, Ferreira FR, Guimarães FS. Cannabidiol blocks long-lasting behavioral consequences of predator threat stress: possible involvement of 5HT1A receptors. J Psychiatr Res. nov 2012;46(11):1501‑10.

CBD et troubles anxieux